RETOUR SUR – Sommet humanitaire mondial: Il est temps de rendre l’aide humanitaire plus inclusive | October 14, 2015

Aujourd’hui, la consultation globale du Sommet Humanitaire Mondial (World Humanitarian Summit) s’ouvre à Genève. Elle conclut un processus de consultations mutli-acteurs de 2 ans, avec pour ambition l’objectif de remodeler l’aide humanitaire. Le rapport de synthèse publié la semaine dernière, qui s’est efforcé de résumer les diverses consultations, constitue un socle essentiel pour progresser vers […]

Aujourd’hui, la consultation globale du Sommet Humanitaire Mondial (World Humanitarian Summit) s’ouvre à Genève. Elle conclut un processus de consultations mutli-acteurs de 2 ans, avec pour ambition l’objectif de remodeler l’aide humanitaire.
Le rapport de synthèse publié la semaine dernière, qui s’est efforcé de résumer les diverses consultations, constitue un socle essentiel pour progresser vers l’inclusion pleine et entière des personnes handicapées et des personnes vulnérables dans la réponse humanitaire. Les recommandations issues du rapport rappellent la nécessité de s’assurer que les personnes touchées par une crise sont au cœur de la réponse humanitaire. Si nous ne voulons pas que cela reste un vœu pieu, nous devrions traduire ces recommandations en mesures concrètes, dès cette semaine, pour remodeler le système humanitaire.

Handicap International, en collaboration avec IDA et IDDC, s’est résolument engagé dans le processus de consultation. Afin de sensibiliser le public à l’inclusion des personnes handicapées dans la réponse humanitaire, nous avons développé des enquêtes globales ciblant les personnes handicapées, les organisations de personnes handicapées et les acteurs humanitaires. Ce processus a abouti à la publication d’un rapport « Disability in humanitarian context: views from affected people and field organisations ». Le rapport met en évidence les difficultés rencontrées par les personnes handicapées en période de crise, trop souvent négligées dans l’évaluation, la conception, la planification et les projets des acteurs humanitaires. Il souligne que 85% des acteurs humanitaires reconnaissent que les personnes handicapées sont plus vulnérables en temps de crise et 92% estiment que ces personnes ne sont pas suffisamment prises en compte dans la réponse humanitaire, malgré cela cette question ne reçoit toujours qu’une attention très limitée. Les personnes handicapées ne sont pas consultées sur les projets qui les concernent, leurs points de vue ne sont pas pris en compte et leurs capacités à soutenir les acteurs humanitaires pour concevoir et adapter leurs programmes sont négligées.

Le rapport met en lumière des défis majeures auxquels le Sommet doit s’attaquer :
• Les trois quarts des répondants déclarent qu’ils n’ont pas eu un accès adéquat à une assistance de base tels que l’eau, un abris, de la nourriture ou des services de santé.
• En outre, les services spécifiques dont les personnes handicapées peuvent avoir besoin, tels que la réadaptation, l’appareillage fonctionnel, l’accès à des travailleurs sociaux ou des interprètes n’étaient pas disponibles pour un répondant sur deux, ce qui entrave encore plus leur accès à l’aide.
• La consultation confirme également que les personnes handicapées sont loin d’obtenir l’aide qu’ils exigent dans des contextes de crise, en raison d’un manque d’informations accessibles sur les services existants et de la difficulté à accéder aux services eux-mêmes (par manque d’accessibilité physique ou financière, manque de personnel formé ou en raison de la distance géographiques).

Aujourd’hui et demain, les acteurs humanitaires peuvent changer la donne. Ils doivent réaffirmer que l’inclusion des personnes handicapées et des personnes les plus vulnérables dans les interventions d’urgence est une composante essentielle d’une action humanitaire respectant les principes humanitaires et plus efficace. L’inclusion est faisable et réalisable; c’est une question de volonté politique, et non un problème technique ou un casse-tête financier. Promouvoir et soutenir des évaluations inclusives des besoins, l’accessibilité des services, des projets de sensibilisation adéquats, la diffusion d’informations facilement compréhensibles et accessibles : des mesures pratiques qui pourraient être mises en œuvre par les acteurs humanitaires rapidement.

Les bailleurs et les États devraient soutenir ce processus et s’engager à veiller à ce que l’inclusion soit au cœur de l’agenda du Sommet humanitaire mondial. Ils doivent ouvrir la voie en élaborant des directives sur l’inclusion des personnes handicapées, première étape indispensable. Cela permettra en effet de s’assurer que toutes les politiques ultérieures intègrent cette dimension. Nous demandons aux États qui soutiennent l’inclusion des personnes handicapées dans l’aide humanitaire de se rassembler, nous comptons sur eux pour utiliser leur influence.

L’ambition affirmée du Sommet humanitaire mondial est de mettre l’innovation au cœur de l’action humanitaire mondiale pour l’améliorer: tenir compte de chacun et veiller à ce que tous reçoivent une aide appropriée, voilà une réelle innovation, qui devrait être une priorité.


Share

Posted in Humanitarian Aid, Version françaiseTagged